La_Laiterie

Mon compagnon, Eric, est ingénieur informaticien. Pour ma part (Jean), j'ai travaillé dans l'audiovisuel pendant plus de 30 ans. J'ai commencé par être assistant monteur puis dialoguiste en post-production. J'écrivais les versions françaises de téléfilms ou de séries étrangères pour la télévision française. Parallèlement à cela, j'ai été animateur dans une radio-libre de 1981 à 1986. J'animais des émissions sur le théâtre. En 1981, après avoir assisté à une représentation des "Enfants du Silence", j'ai invité les comédiens sourds à venir parler à la radio. Fasciné par la LSF (Langue des Signes Française), j'ai voulu l'apprendre et je me suis financé sur mes économies plusieurs semaines de stages. A l'époque, la LSF était encore interdite. Aux stages, les personnes présentes étaient des orthophonistes ou des membres de la famille d'un sourd. Personne ne comprenait ce qu'un entendant venait faire là alors qu'il ne connaissait aucun sourd dans son entourage... Lorsque la CINQ de Berlusconi a déposé le bilan, je me suis retrouvé sans travail et comme on me payait à 90 jours, j'ai failli être interdit bancaire. Comme à ce moment-là, je travaillais comme journaliste bénévole dans une association sourds/entendants, la rédactrice en chef, Dominique Hof, m'a suggéré de postuler à l'INJS de Paris (L'Institut National des Jeunes Sourds), j'ai adressé ma candidature et j'ai été embauché la semaine suivante. J'ai été sous-titreur là-bas pendant 15 ans puis 13 ans en free-lance pour une filiale de France Télévisions. A l'INJS, j'étais le seul de l'équipe à pratiquer la Langue des Signes Française, du coup, je servais de traducteur lorsque nous avions la visite dans nos locaux d'associations ou de groupes de sourds. Avec Eric, nous avions le projet d'ouvrir un jour une maison d'hôtes. Lorsque la situation du sous-titrage s'est dégradée, au sein de la filiale de France Télévision, nous avons acheté la maison que nous habitons aujourd'hui et nous avons entamé les travaux de transformation. Pour nous, l'accueil de tous les publics était une évidence. Ayant fréquenté des établissements spécialisés après l'accident de voiture de ma sœur durant lequel elle a failli perdre l'usage de ses jambes, en juillet 1987, j'avais pu voir combien c'était compliqué de trouver une maison d'hôtes ou un gîte pour la sortir des établissements de santé et lui changer les idées le temps d'un séjour en vacances. Entre mes contacts avec des sourds et cette expérience douloureuse avec ma sœur, il fallait que dans notre projet, personne ne puisse être oublié. Nous avons voulu que la suite du rez-de-chaussée ne fasse pas ambiance "hôpital". Ma Sophie nous avait fait remarquer que même si, pour nous, c'était des vacances, quand on était dans un gîte ou une maison d'hôtes avec elle, le décor lui rappelait trop le centre de rééducation et le carrelage des salles de bains des hôpitaux qu'elle avait fréquentés. C'est pourquoi nous avons fait tout notre possible pour que la chambre soit confortable mais que le décor soit aussi soigné que celui de nos 3 autres chambres.

Join The Discussion

Search

May 2021

  • M
  • T
  • W
  • T
  • F
  • S
  • S
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31

June 2021

  • M
  • T
  • W
  • T
  • F
  • S
  • S
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
0 Adultes
0 Enfants
Pets
Taille
Prix

Compare listings

Compare